Skip to content

Lieu

Cinéma Le Select
10 Av. de la Division Leclerc, Antony

Lieu

Cinéma Le Select
10 Av. de la Division Leclerc, Antony

Date

23.02.24
Expiré!

Heure

20h00

Lieu

Cinéma Le Select
10 Av. de la Division Leclerc, Antony

Plus d'Infos

Lire la suite
SOIRÉE-DÉBAT / RENCONTRE

Dans Paris occupé par les allemands, l’ouvrier poète Missak Manouchian prend la tête d’un groupe de très jeunes juifs, Hongrois, Polonais, Roumains, Espagnols, Italiens, Arméniens, déterminés à combattre pour libérer la France qu’ils aiment, celle des Droits de l’Homme. Dans la clandestinité, au péril de leur vie, ils deviennent des héros. Les attentats de ces partisans étrangers vont harceler les nazis et les collaborateurs. Alors, la police française va se déchaîner, multiplier ses effectifs, utiliser filatures, dénonciations, chantages, tortures… Vingt-deux hommes et une femme seront condamnés à mort en février 1944.Dans une ultime opération de propagande, ils seront présentés comme une Armée du crime, leurs visages en médaillon sur un fond rouge placardés sur les murs de toutes les villes du pays. Ces immigrés, morts pour la France, entrent dans la légende. C’est cette belle et tragique histoire que raconte le film.

A l’occasion de la panthéonisation de Missak Manouchian, la projection de L’ARMEE DU CRIME sera suivie d’une rencontre avec l’historien Pierre Ouzoulias en partenariat avec le club Franco-Arménien d’Antony.

Date

23.02.24
Expiré!

Heure

20h00

Plus d'Infos

Lire la suite
SOIRÉE-DÉBAT / RENCONTRE

Dans Paris occupé par les allemands, l’ouvrier poète Missak Manouchian prend la tête d’un groupe de très jeunes juifs, Hongrois, Polonais, Roumains, Espagnols, Italiens, Arméniens, déterminés à combattre pour libérer la France qu’ils aiment, celle des Droits de l’Homme. Dans la clandestinité, au péril de leur vie, ils deviennent des héros. Les attentats de ces partisans étrangers vont harceler les nazis et les collaborateurs. Alors, la police française va se déchaîner, multiplier ses effectifs, utiliser filatures, dénonciations, chantages, tortures… Vingt-deux hommes et une femme seront condamnés à mort en février 1944.Dans une ultime opération de propagande, ils seront présentés comme une Armée du crime, leurs visages en médaillon sur un fond rouge placardés sur les murs de toutes les villes du pays. Ces immigrés, morts pour la France, entrent dans la légende. C’est cette belle et tragique histoire que raconte le film.

A l’occasion de la panthéonisation de Missak Manouchian, la projection de L’ARMEE DU CRIME sera suivie d’une rencontre avec l’historien Pierre Ouzoulias en partenariat avec le club Franco-Arménien d’Antony.